Le sport après 50 ans - chapitre 7

Le vieillissement, le métabolisme général et le sport

F-Le vieillissement, le métabolisme général et le sport La diminution de la VO2 max ( la Consommation Maximale d'Oxygène) est de 0,6% à 1% par an en moyenne. 

[Valeurs mesurées dans des populations d'hommes et de femmes d'âge compris entre 17 et 82 ans.

Avec l'âge, on observe une diminution des possibilités d'extraction d'O2 en périphérie, une diminution des capacités oxydatives périphériques (extraction O2 et enzymes oxydatives) au niveau des muscles.

Pour les sportifs, on note une diminution régulière de la VO 2max et des seuils de capacité aérobie (seuil en dessous duquel l'organisme fonctionne grâce au système dépendant de l'oxygène sans produire de lactates et sans fatigue pour le muscle) : 

L'étude porte sur 34 Hommes de 73.5 +/- 6.4 ans et 28 Femmes de 72.1 +/- 5.3 ans. Les adultes âgés en bonne santé, ambulatoires et indépendants, montrent une diminution de 14% de la VO 2 max pour les hommes et une plus petite diminution de 7% pour les femmes. 

L'antériorité sportive permet de conserver une meilleure capacité aérobie : 

On observe que la pratique du sport jeune permet une adaptation cardiaque à l'effort qui n'est pas totalement réversible en cas d'arrêt sportif; de plus le travail cardiaque est diminué chez les anciens sportifs par rapport à une même catégorie qui n'a jamais pratiqué. 

La poursuite de l'activité physique permet de limiter la baisse de la VO 2max : 

L'étude consiste à suivre 53 Hommes sur 22 ans. Les premiers tests ont été pratiqués en 1960 -1970; les seconds, 22 ans après. Quatre catégories de sujets ont été explorées:

1- les très entraînés, 10 sujets âgés de 46.5 +/- 1.6 ans, présentaient une diminution de 6% de la VO 2max tous les 10 ans, (de 68.8 à 59.2 ml.g-1.min-1)

2- les entraînés, 18 sujets, de 46.5 +/- 1.6 ans, présentaient une diminution de 10% de la VO 2max sur 10 ans (de 64.1 à 48.9 ml.kg-1.min-1)

3- les non-entraînés, sédentaires, 15 sujets de 46.5 +/- 1.6 ans, présentaient une diminution de 15% de la VO 2max sur 10 ans (de 70.7 à 46.7 ml.kg-1.min-1) 

4- les sujets âgés en bonne santé, 10 sujets de 68.4 +/- 2.7 ans, présentaient eux aussi une diminution de 15% de la VO 2max (de 60.3 à 40.7 ml.kg-1.min-1).

La perception de l'effort pour une course en sous maximal est plus grande lors du deuxième test, 22 ans plus tard, pour tous les groupes et en parallèle à la baisse de VO2. 

L'entraînement régulier permet un ralentissement de la baisse de la VO2 max. Mais cet effet disparaît rapidement; en cas d'arrêt de l'entraînement en 2-4 ans tout est perdu. Chez les sédentaires, un entraînement de 1 heure à raison de 3 fois par semaine, améliore de 10 à 20 % les capacités aérobies en 8 à 12 semaines quel que soit le mode d'entraînement (marche, course, vélo, natation). L'intensité de l'effort influence directement le gain de VO2 max: il est conseillé de débuter le cycle de ces activités physiques adaptées par des séquences en endurance, en aérobie (30 à 40 minutes par séance à 60% de la VO 2 max, avec une fréquence cardiaque d'effort entre 120 et 140 pulsations/minute).

L'amélioration de la VO 2 par l'entraînement existe même chez des sujets âgés : 

Un programme de 9-12 mois d'endurance à 70- 85% de la FC max pour des séances de 45 min par jour, 4 jours par semaine est effectué par 15 Hommes âgés de 63 +/- 3 ans et 16 Femmes âgées de 64 +/- 3 ans, tous en bonne santé. La VO 2max augmente de 19 % (2.35 +/- 0.1 à 2.8 +/- 0.1 l/min; P < 0.01) pour les Hommes et de 22 % (1.36 +/- 0.1 à 1.66 +/- 0.1 l/min; P < 0.01) pour les Femmes.

Il existe aussi une diminution des capacités anaérobies (niveau d'activité qui dépasse les capacités d'utilisation de l'oxygène et qui impose aux muscles de fonctionner par un système sans oxygène producteur de lactates et produisant rapidement une fatigue musculaire): 

- des Sprints de 100, 200, 400 m , en compétition, ont été étudiés chez 88 Hommes âgés de 40-88 ans et 75 Femmes âgées de 35-87 ans. La mesure des lactates en pic montre une diminution curviligne avec l'âge (alors qu'il n'y avait pas de différence de lactates en pic en laboratoire avant 70 ans). Le pic est corrélé au temps de course dans toutes les distances. Les lactates des sujets entraînés sont plus élevés que ceux des sujets sédentaires mais ils baissent cependant avec l'âge : la production anaérobie glycolytique diminue. 

Chez 10 vétérans hommes de plus de 45 ans, ont été étudiées les réponses métaboliques après un match de squash et une épreuve sur tapis roulant. Le squash provoque une augmentation de 150% de la FC , de 164% du taux de noradrénaline, de 93% d'adrénaline, de 202% des lactates, de 67% des acides gras libres. Les taux élevés de catécholamines persistent pendant 5 minutes après l'arrêt de l'effort (en correspondance avec des arythmies ventriculaires). Ces perturbations témoignent des conséquences importantes des efforts en anaérobies avec des risques cardiaques non négligeables chez les seniors!