Le sport après 50 ans - chapitre 9

Définitions des catégories de sportifs

Définitions des catégories de sportifs

A/ Age : 

Si on ne tient compte que de l'âge, on définit des tranches de sportifs sur des périodes de 10 ans environ : on admet qu'on entre dans la classe des vétérans au-delà de 40 ans , dans celle des seniors au-delà de 50 ans , et dans une catégorie « âgé » au-delà de 70-75 ans. 

Dans le cadre des sports de combats par exemple, la répartition se fait sur des tranches plus étroites de 5 ans pour les compétitions. 

Mais l'âge n'est pas le facteur de risque primordial et reste un indice peu opérant pour connaître l'état de santé d'un sportif. 

L'âge n'est pas forcément un facteur de risque en soi et ne permet pas à lui seul de classer les sportifs pour évaluer leur potentiel ou leurs risques. D'autres facteurs doivent être pris en compte. 

B/ l'activité physique et sportive: 

Le premier facteur important est la présence d'une activité physique ou sportive continue et assidue. 

On peut donc définir, 4 catégories de sportifs selon l'intensité et l'importance de l'entraînement : 

1/ Très actifs: >3h/semaine activité aérobie intense 

2/ Actifs: 1h/semaine activité aérobie intense 

3/ Peu actifs: 1h/semaine activité aérobie modérée 

4/ Inactifs: < 1h/semaine 

C/ les antécédents et la conscience des risques: 

Un autre élément entre en ligne de compte : les antécédents sportifs.

En effet, la pratique ancienne d'une activité physique imprime chez le sujet une forme de mémorisation du geste sportif et des capacités physiologiques d'adaptation au sport. Le sport, pratiqué jeune, laisse au sportif une connaissance de soi, une expérience du sport …mais en même temps ce souvenir peut induire un risque d'exagération, souvenir « d'avant » (je faisais ceci ou cela). 

On retrouve donc selon les antécédents sportifs, trois classes de sujets : 

1/ ceux qui ont pratiqué une activité et qui ont poursuivi cette activité, (vétéran sportif) 

2/ ceux qui ont eu une activité ancienne mais qui ont eu un arrêt prolongé et qui désirent reprendre leur activité 

3/ ceux qui n'ont jamais réellement pratiqué mais qui désirent découvrir le sport plus tardivement. 

Un élément important à prendre en compte chez les vétérans est la conscience des risques liés au sport. Le vétéran a une conscience plus ou moins claire et précise de sa réduction de capacité fonctionnelle. Cette limitation à l'effort peut être connue et acceptée, ou inversement mal acceptée, voire méconnue. En fonction de cette approche et de cet état d'esprit, le sportif respectera le cadre de sport loisir-plaisir et limitera ses risques ou au contraire restera dans le cadre du sport performance et va prendre des risques plus élevés de complications et d'accidents. 

Une expérience sportive pendant la jeunesse est un facteur favorable à condition de prendre conscience des risques liés à l'âge et de pratiquer dans un cadre de sport loisir et non de performance. 

D/ la présence de facteurs de risques ou de maladies : 

Avec l'âge, le nombre des facteurs de risques et de maladies augmente. La présence de pathologies est plus élevée et parfois associée à des traitements. Dans le cadre du sport, il est systématiquement recherché des antécédents cardio-vasculaires, toutefois, ils ne sont pas les seuls éléments restrictifs des capacités physiques !

Globalement, on peut définir des catégories : 

1/ le sujet en forme et sain, 

2/ les sujets fragiles 

3/ les sujets malades avec nécessité d'un traitement (des Contre Indications et des adaptations sont alors à respecter ; réduire un diurétique, prévenir des difficultés d'adaptation de la Fréquence Cardiaque avec les beta-bloquants, etc.). 

E/ les catégories de sportifs : 

Finalement, en dehors de l'âge strict, qui sépare les vétérans, des seniors et des sujets plus âgés, il est possible de classer les sportifs en différentes catégories en fonction de ces trois critères :

1- antécédents sportifs 

2- type de pratique sportive 

3- antécédents de facteurs pathologiques


En effet, la population des vétérans et seniors apparaît relativement inhomogène avec des risques très variables selon les circonstances.

Pour simplifier, 4 catégories de sportifs vétérans et senior peuvent être individualisées :

1/ le Vétéran sain qui n'a jamais arrêté et a donc adapté son activité au fil des décennies. Il est généralement en bonne santé et autonome dans la pratique. Ce n'est pas un sujet à risque. 

2/ le Vétéran, ancien sportif, mais qui reprend ou le Vétéran sain mais sédentaire et qui s'y met. C'est un sujet à risque : il doit être guidé et suivi régulièrement lors de l'apprentissage de l'activité physique qui doit être adaptée en fonction de ses possibilités et surtout de ses limites.

3/ le Vétéran, porteur de facteurs de risques voire de maladies : il n'y a pas de contre-indication à l'activité physique mais elle doit être réalisée avec une surveillance sérieuse et assidue.

4/ le « tarzan » qui exagère et s'expose en pratiquant irrégulièrement des activités explosives ou prolongées aux effets délétères. C'est un sujet à très haut risque ! Nous devons lui faire prendre conscience de sa perte de capacité à la performance en l'évaluant régulièrement.