Bienfaits du sport pour la santé - chapitre 1

Pourquoi parler des bienfaits du sport aujourd'hui ?

Auteur : Marc HOUVENAEGHEL

  1. Les bienfaits du sport sont connus depuis longtemps : les vertus de la gymnastique étaient déjà soulignées chez les grecs (pour son caractère éducatif, physique et psychique) [Platon dans la République].
     
  2. Pourtant, aujourd’hui encore, il est nécessaire d’insister sur les bienfaits du sport.
    Le sport est devenu un enjeu dans nos sociétés actuelles, avec deux axes opposés :
    • Pour les professionnels : la santé est au service du sport et de la performance ; les entraînements et les compétitions sont de plus en plus « intenses » et la recherche sur la santé est de plus en plus pointue et même pointilleuse pour pouvoir sans cesse améliorer les résultats. Pourtant, à ce niveau de pratique les bienfaits sont relativement faibles et les risques prennent le pas sur les avantages. D’où la volonté des institutions d’encadrer de plus en plus sur le plan médical la pratique sportive de haut niveau avec la mise en place d’un suivi strict du sportif.
       
    • Pour les non - professionnels : le sport est au service de la santé ; la facilité de la vie, la sédentarité de plus en plus importante ont des effets néfastes sur la santé : retrouver une vie avec un minimum d’activité physique pour l’équilibre de l’organisme est devenu un impératif important et un enjeu de santé publique.
       
  3. L’objectif, de cet exposé, est double :
    • Montrer ce qu’apporte réellement le sport pour la santé 
    • Définir quel type d’activité sportive il faut pratiquer pour bénéficier de ces effets positifs sur la santé.

En premier lieu de qui parle-t-on ? Quels sportifs sommes nous ?

  1. Le terme de « SPORT » n’est pas une notion simple et recouvre un ensemble d’activités dans lesquelles sont produits des mouvements.
    Ainsi toutes les activités de la vie courante sont concernées :
    • les déplacements (les escaliers ou l’ascenseur ?),
    • les trajets (à pied ou en voiture ?),
    • le type de travail (de force ou de bureau ?),
    • les types de loisirs (culturel ou jardinage) jusqu’à une activité sportive.

    Quelques définitions :

    • L’activité physique correspond donc à tout mouvement corporel produit par la contraction musculaire augmentant la dépense énergétique au dessus de la dépense de repos, comme les activités quotidiennes.
    • L’activité sportive correspond à une activité physique volontaire, raisonnée et motivée, planifiée, structurée et répétée, et d’un niveau de dépense énergétique nettement au dessus de la dépense de repos.
    • L’entraînement physique correspond à une activité planifiée, structurée et répétée dont le but est d’améliorer ou de maintenir les capacités physiques d’un individu.
  2. les NIVEAUX SPORTIFS :
     
    L’activité sportive est caractérisée par des indices :
    Le type d’effort, deux caractéristiques sont importantes :
    • L’aspect dynamique, c'est-à-dire l’importance du déplacement avec sa vitesse au cours de l’effort; cette composante dynamique est évaluée en 3 niveaux : faible, moyenne et forte. Par exemple, on peut classer faible une marche de promenade, moyenne une marche énergique ou une petite course (type footing), forte un entraînement de course à pied et toutes les courses d’endurance.
       
    • L’aspect isométrique correspond à un effort avec une contraction musculaire qui ne produit pas ou peu de déplacement ; cette composante isométrique est elle aussi divisée en 3 niveaux : faible, moyenne et forte. Par exemple, on peut classer faible un séance de yoga, moyenne un tir à l’arc ou un plongeon, forte l’haltérophilie

    Pour connaître ensuite les types de vos activités il est possible d’utiliser un tableau à deux entrées en fonction de ces deux  aspects :

    COMPOSANTE Dynamique faible Dynamique moyenne Dynamique forte
    Isométrique faible Marche promenade
    Golf
    Yoga
    Marche énergique
    Tennis en double
    Vélo promenade
    Course à pied
    Tennis
    Cyclisme en plat
    Isométrique moyenne Tir à l’arc Marche avec sac à dos Course de fond
    Isométrique forte Course de vitesse Cyclisme avec côte Cyclisme compétition

    Les indices de niveau d’intensité :

    L’intensité de l’effort au cours d’une séance
    La durée de l’effort au cours de la séance
    La fréquence de répétition des séances.

    Les indices de niveau  permettent de définir des catégories :
    Classification de RIVIERE en 5 catégories :

    1. Sédentaire
    2. Ppratique d’une 1 à 2 séances d’intensité modérée par semaine
    3. Pratique de 3 à 4 séances d’intensité modérée à élevée par semaine
    4. Pratique d’une activité sportive quotidienne d’intensité modérée à élevée
    5. Sportifs inscrits sur les listes de Hauts Niveaux.

    Par rapport à la santé, 3 catégories nous intéressent :

    • Les sédentaires qui subissent les effets négatifs de l’inactivité sur la santé.
    • Les actifs (classe 2 et 3 de Rivière) qui bénéficient à plein des effets positifs du sport.
    • Les sportifs (classe 4 et 5 de Rivière) pour qui les effets positifs sur la santé peuvent devenir négatifs si des excès en sport sont pratiqués (en particulier le haut niveau et en dehors même des comportements déviants comme le dopage).

    La classification des activités selon l’intensité des dépenses énergétiques peut se référer à l’évaluation par la consommation d’oxygène du sportif * :

    Il existe une augmentation continue de la dépense énergétique selon le niveau de l’activité physique (sédentaire, actif, sportif) jusqu’à des niveaux élevés pour les sportifs très assidus.
    La consommation en oxygène (VO2), témoin de la dépense énergétique, augmente progressivement selon la catégorie dans laquelle se situe l’individu comme le montre le schéma suivant :

    * qu’est-ce que la consommation d’oxygène ?
    C’est la quantité d’oxygène qu’on respire pour pouvoir effectuer un mouvement et pour bouger que ce soit dans la vie courante ou pendant le sport
    Cette quantité d’oxygène qu’on respire est utilisée par les muscles : on dit qu’on consomme de l’oxygène
    Cette quantité d’oxygène est en relation directe avec l’énergie demandée pour faire les mouvements (on transforme les ml d’oxygène en calories)
    Quand on arrive au maximum de l’effort, on atteint la consommation maximale d’oxygène : la VO2max.



    Il est ainsi possible de se classer dans une catégorie donnée.

    * capacité quotidienne en consommation d’oxygène représente le niveau d’effort qu’on est capable de réaliser sans être fatigué, ni essoufflé.
    La capacité quotidienne est d’autant plus grande que notre organisme est capable d’utiliser l’oxygène, comme un moteur qui tourne facilement quand le nombre de chevaux est élevé par rapport à un moteur de petite puissance.
    Par exemple sur le schéma : limité correspondrait à 2CV, un sédentaire à 4CV, un actif à 6-7 CV et les sportifs à 8 et plus CV

    Ainsi les relations entre activité physique et sportive et la santé peuvent être résumées sur le tableau et la figure :

    Catégories Sédentaire 1-2/sem, 3-4/sem tous les jours - HN
    Dépenses énergétiques au dessus des dépenses de repos Faibles Equilibrées Elevées et maximales
    Effet sur Santé Effet négatif Effet positif Effet positif à négatif

    Avec un pic d’effet favorable :

    Sédentaire
    Activité Sportive
    Compétition

    Effet < 0
    effet > 0
    effet +/- >0

    Ce qui nous intéresse ce sont donc les sportifs « intermédiaires » dits actifs, pour qui les dépenses énergétiques sont au dessus des dépenses de repos, mais de manière raisonnable, permettant un équilibre entre les apports (alimentaires) et les dépenses énergétiques, équilibre qui a pour conséquence un fonctionnement métabolique équilibré et un contrôle pondéral satisfaisant.

  3. LES SPORTIFS toutefois ne sont pas tous les mêmes :

    * Sains et dans ce cas il existe des variabilités selon les âges (enfant, adulte, seniors et vétérans) ou le sexe (variabilité entre les hommes et les femmes). Les indices sportifs doivent bien sûr s’adapter à ces conditions.

    * Porteurs de Facteurs de risque : le sport peut, dans ce cas, constituer une véritable prévention. C’est dans cette circonstance que l’effet sur la santé est très efficace et « rentable » à condition de respecter des règles de sécurité minimales.

    * Porteurs de Pathologies : le sport peut, dans ce cas, constituer une véritable thérapeutique, il devrait être prescrit avec une précision suffisante du type de sport, des intensités, et des règles de surveillance de base pour éviter tout accident et bénéficier au mieux des effets du sport.

    Faire du sport ? OUI, c’est toujours souhaitable ….

    Mais il faudra préciser : Quel sport ?
    Quelle intensité ?
    Quelle surveillance ou précaution ?
    La relation entre le sport et la santé est fondée sur le fonctionnement de l’organisme en mouvement. Notre organisme n’est pas fait pour la sédentarité mais pour l’activité. Il n’est pas fait non plus pour une « hyperactivité » ni pour des spécialisations trop poussées.