Bienfaits du sport pour la santé - chapitre 5

Rôle de l'activité sportive sur la mortalité ?

Auteur : Marc HOUVENAEGHEL

 

De nombreuses études, longues et complexes ont permis de montrer l’effet bénéfique de l’activité sportive sur la mortalité :

  1. Chez 17 000 hommes de l’Université de Harvard, suivis pendant 26 ans et classés selon les dépenses énergétiques en kcal/semaine par une activité physique, l’effet sur la mortalité était :
    • à 2000 kcalories /semaine; taux de mortalité de 33% plus faible que les sédentaires ;
    • à 3 500 kcalories /semaine ; taux de mortalité de 50% plus faible que les sédentaires.
    • à plus de 3 500 kcalories, plus de gains appréciables.
      (Paffenberger, R.S. et al. N. Engh. J. Med., 1986.)
  2. The Framingham Study, 1987. Chez 2498 hommes et 2870 femmes, âgés de 30 à 74 ans qui ont une dépense énergétique de 2000 kcalories/semaine : la durée de vie est de deux ans supérieure à celle des sédentaires et leur qualité de vie est bien supérieure.
  3. (Abbot RD et McGee D. The Framingham Study: An Epidemiological Investigation of Cardiovascular Disease. NIH Publication 87-2284, 1987.)
  4. Chez 13000 participants des deux sexes, le facteur «exercice» est isolé des autres facteurs pouvant influencer le taux de mortalité et la relation sport et mortalité est claire :
     

     

      Mortalité
    Sportifs 14 %
    Sportifs puis sédentaires 28 %
    Sédentaires puis sportifs 31 %
    Sédentaires 65 %

    (Blair, S.N., et coll. JAMA, 262, p.2395-2401, 1989. et Blair, S.N., et coll. JAMA, 273, p.1093-1098,1995.)

Résultat : plus on est en forme, moins on risque de mourir tôt!

Il existe une relation étroite entre le nombre de kilomètres courus et l’état de santé du sujet défini par une réduction de la mortalité.

Relation entre la dépense calorique hebdomadaire et le taux de mortalité

adapté de McArdle W.D., F.I. Katch et V.L. Katch. Essentials of Exercise Physiology, Lea & Fibeger, 2000.

Conclusion : l’activité physique est bien corrélée à une diminution de la mortalité.

Cette action sur la mortalité est globale en agissant sur l’ensemble des facteurs de risque qui sont associés dans le syndrome poly-métabolique : en effet, avec 30 minutes/j d’activité physique, d’intensité modérée (marche), on observe, chez les adultes et dans une moindre mesure chez les enfants, un effet favorable sur les différents facteurs de risques : Hypertension, Obésité, Lipides, Coronaire, Tabagisme, Diabète.
(Bassuk SS, Manson JE. 2003.)

Ces résultats sont aussi partiellement constatés chez les enfants :

 

Effet sur : Adultes Enfants - adolescents
Hypertension + +/-
Obésité + +
Lipides + + et ?
Coronaire + +/-
Tabagisme + +

(Thomas NE, Baker JS, Davies B. Sports Med. 2003.)