Le sport après 50 ans - chapitre 6

Le vieillissement,le moteur cardio-respiratoire et le sport

Le vieillissement,le moteur cardio-respiratoire et le sport

1/ Déconditionnement respiratoire et cardiaque lié au vieillissement : 

A l'âge de 80 ans, les fonctions cardiaques ont perdu 25% de leur capacité, les fonctions rénales 40%, les fonctions pulmonaires 55%. L'avancée en âge concerne en effet tous les organes : 

Les 10 signes du vieillissement de P.JACQUEMET

2 signes généraux 

Essoufflement 

Asthénie physique, fatigue, somnolence 

8 signes locomoteurs 

Flexum des genoux 

Raideur de la colonne vertébrale 

Equilibre mal assuré 

Raccourcissement du pas 

Gêne pour prendre quelque chose en hauteur 

Gêne pour atteindre ses pieds 

Difficulté pour se relever 

Faiblesse des mouvements de répulsion 

2/ Les aspects respiratoires: 

L'âge produit une altération de la paroi thoracique qui devient plus rigide, l'élasticité pulmonaire est diminuée et le poumon se transforme progressivement vers l'aspect d'un pseudo emphysème. (emphysème : dilatation des espaces aériens dans le poumon avec destruction des parois des alvéoles respiratoires ce qui rend les échanges respiratoires inefficaces) 

En même temps il existe une diminution des capacités musculaires des muscles respiratoires qui provoque l'équivalent d'une insuffisance respiratoire. 

On constate une diminution des volumes et des débits respiratoires: 

Diminution du volume respiratoire de 50-75ml / min par an au-delà de 20 ans 

Diminution de la fréquence respiratoire maximale à l'effort 

Capacité vitale diminuée de 30% à 60 ans et 40 à 50% à 70 ans 

Baisse de Ventilation maximale à puissance maximale. 

Baisse du volume courant 

Un certain degré d'hypoxémie (baisse de l'oxygène dans le sang) apparaît avec l'âge. 

La capacité de transfert de l'oxygène du cœur vers les organes et le muscle en particulier, maximale à 18 ans, diminue ensuite avec l'âge de 0,25 ml/min/torr et par an. 

Effet de l'entraînement :

La diminution de la fonction respiratoire n'est que de 10% au lieu de 30% à 60 ans si le sujet respecte de manière régulière un bon entraînement. 

3/ Les aspects cardio-vasculaires: 

A/ les variations de la fréquence cardiaque (FC):

Avec l'âge, la FC Maximale , et les FC des seuils sont diminuées, comme l'indique ce tableau : 

A l'effort, la pente d'accélération de la Fréquence Cardiaque est plus lente car l'adaptation adrénergique à l'effort est moins efficace. 

Rappel sur l'adaptation de la fréquence cardiaque à l'effort : il existe deux systèmes qui contrôlent la fréquence cardiaque ; le système sympathique qui fonctionne avec l'adrénaline et qui accélère le cœur et le système parasympathique lié au nerf vague qui ralentit le cœur ; en début d'effort le système sympathique sécrète l'adrénaline pour accélérer le cœur. 

Pour un même effort, quand l'âge augmente, la Fréquence Cardiaque a tendance à rester plus élevée et la dérive de Fréquence Cardiaque est plus importante au cours de l'effort. 

La comparaison entre 10 jeunes femmes de 15-30 ans et 10 vétérans de 40-51 ans au cours d'activité de tennis intense, montre que la FC est relativement stable pendant les matchs chez les jeunes alors qu'elle augmente chez les vétérans. Les vétérans jouent à un plus haut pourcentage de FC max et VO2max pendant les matchs, avec parfois, pour les vétérans la nécessité de s'arrêter de jouer. Il existe bien une «fatigue cardiaque » chez vétérans. 

Le contrôle de la FC est diminué avec l'âge et surtout il existe un ralentissement de la récupération à l'arrêt de l'effort, cela se constate aisément dans les activités intermittentes comme le tennis :

B/ Le fonctionnement du cœur: 

Les caractéristiques du fonctionnement du cœur (myocarde) sont altérées : baisse du Volume d'Ejection Systolique (quantité de sang envoyée par le coeur à chaque fois qu'il se contracte) par le muscle cardiaque; diminution de la fonction systolique par baisse de la contraction myocardique et baisse de la fonction diastolique (la diastole est la phase de relaxation et repos du muscle cardiaque, phase pendant laquelle le cœur se remplit de sang avant l'éjection) par diminution de la relaxation ventriculaire. 

C/ Baisse du débit cardiaque: 

Le débit cardiaque diminue de 1% / an après 20 ans. La capacité d'adaptation du Débit Cardiaque à l'effort diminue en même temps. Si le rendement cardiaque est de 100% à 30 ans, il n'est plus que de 85% à 50 ans et de 60-70% à 60-70 ans. Le Débit Cardiaque est la quantité de sang pompée par le coeur en 1 minute. 

D/ Les effets de l'activité physique sur le fonctionnement cardiaque sont très favorables: 

La diminution des capacités cardiaques est limitée si le sujet conserve une activité physique suffisante et cette limitation est corrélée avec l'intensité de l'entraînement. Pour un n iveau d'entraînement élevé, la diminution des capacités cardiaques par 10 ans est de 0,5%, pour un entraînement moyen, la diminution est de 1% et pour un entraînement faible, la diminution est de 1,5%. 

A l'effort, le sportif doit produire une augmentation du débit cardiaque, obtenue grâce à une élévation du travail cardiaque (le travail cardiaque correspond au produit de la FC et de la contraction du muscle cardiaque). L'effort cardiaque a tendance à augmenter avec l'âge. Mais, le fait de rester sportif permet de largement contrôler cette augmentation de travail et le cœur « force » moins ; comme on peut l'observer sur le schéma suivant où le travail du cœur est nettement moins important chez le sportif en comparaison d'une population standardisée, à tous les âges mais surtout après 50 ans : 

Cette élévation du travail cardiaque peut être la cause d'accidents chez les vétérans. L'effet de l'activité physique régulière est donc essentiel dans la prévention. Chez les vétérans coureurs, le potentiel aérobie reste élevé et en corrélation avec la distance courue. Cela « protège » contre le « stress » cardiaque qui existe toujours à l'effort et qui est majoré avec l'âge comme le démontre les mesures de CPK myocardique (les CPK sont des enzymes du muscle cardiaque : leur libération et leur élévation dans le sang témoigne d'un souffrance du muscle cardiaque). 

11 femmes vétérans, de plus de 40 ans, réalisent un test de VO2max sur tapis et une épreuve de 8 km . La mesure des CPK totaux montre un taux relativement stable alors que les CPK d'origine spécifiquement myocardique, augmentent de 4,4% par rapport au repos. Deux sujets qui ont présenté des anomalies à l'Electrocardiogramme pendant ou après les efforts avaient une augmentation plus importante des CPK-MB. Il existe donc bien une souffrance myocardique à l'effort qui est réversible mais qui peut constituer dans certains cas un risque. 

E/ la Tension Artérielle 

Il existe avec l'âge une augmentation des Résistances Vasculaires périphériques et une élévation de la Tension Artérielle (TA). 

Pendant l'effort, la TA s'élève proportionnellement à l'intensité de l'effort. L'augmentation de TA est plus importante pour les sujets âgés. Mais, la poursuite des Activités Physiques et Sportives permet un contrôle efficace de cette tendance à l'élévation de TA, en particulier lors de pratique sportive de type endurance (beaucoup moins en cas de pratique sportive de type résistance) comme le montre le schéma suivant, en particulier après 50 ans. 

F/ conseils généraux pour les sujets âgés

Les sujets âgés présentent souvent des difficultés à faire face aux efforts par à coups et courent pendant ces périodes, des risques cardiaques réels. Le choix doit donc se porter sur des activités de type endurance, avec des intensités d'effort modérées. Il est préférable d'allonger le temps d'effort plutôt que d'augmenter l'intensité de l'effort.

Une activité physique dosée et régulière diminue le risque cardio-vasculaire, en développant la circulation collatérale, tant au niveau musculaire squelettique que cardiaque. Le bénéfice existe même pour des efforts inférieurs à 60% de la VO 2max, mais prolongés. Ce bénéfice est observé même si l‘activité physique est initiée tardivement, à condition de pratiquer un minimum de 3 entraînements par semaine (40 à 60 minutes semblent indiquées). Plusieurs activités seront ainsi conseillées voir recommandées : la marche, la randonnée, le vélo, la natation, choix déterminé en fonction de l'envie et du plaisir personnel procuré ou recherché.